M’aimes-tu ?

Download PDF

M’aimes-tu ?

La blessure la plus profonde ne vient hélas pas d’un ennemi déclaré, mais d’un supposé ami. La douleur est d’autant plus profonde que l’on est à découvert et que l’on ne s’attend pas une quelconque déception de sa part. Souvent cet ami se proclame Chrétien ou sans même faire profession de foi vous a lui-même manifesté à plusieurs reprises sa gentillesse, sa loyauté et parfois même de l’affection. Alors que s’est-il passé ?

Cette question vous tourmente sans-cesse : Pourquoi et dans quel but vous a-t-il blessé vous qui aviez tant fait pour lui et qui le portiez dans les profondeurs les plus intimes de votre cœur ?

Avez-vous quantifié cette supposée amitié que ce soi-disant  ami était censé vous porter ?

Jésus l’a fait à trois reprises auprès de Pierre [i]après que celui-ci l’eut renié aussi par trois fois. Jésus qui jouissait d’une relation parfaite avec le père[ii], lisait dans les cœurs et savait d’avance que Pierre était encore rempli de fougue mal domptée lorsqu’il lui promettait de mourir pour lui.

Mais vous, lisez-vous dans les cœurs ?

J’ai appris, en suivant l’émission économique Capital, que le prix d’un produit pouvait non pas être déterminé en fonction de son coût de revient réel mais de façon purement virtuelle par rapport au service rendu au client. Ainsi bien que revenant moins cher à la fabrication que les bandes magnétiques, les CDs audio étaient  revendus deux fois plus cher que leurs ancêtres les cassettes. Est-il raisonnable d’incrémenter l’amitié supposée qu’un ami pourrait vous témoigner parce qu’il a volontiers répondu présent à votre invitation de mariage ? Votre intercession par la prière pour la guérison de sa femme alors hospitalisée représente-t-elle un bonus supplémentaire ? Aider un collègue à déménager vous prémunit-il définitivement de tout heurt de sa part ?

Evidemment que non.  L’amitié n’est ni quantifiable et ni réciproque. Il ne suffit pas de rapporter depuis Cuba à Lausanne un présent gravé au nom d’un collègue pour s’en faire un ami pour la vie. Loin de là vous pourriez même le mettre dans l’embarras[iii]. Encore une fois, ce collègue n’éprouve pas nécessairement pour vous la même affection que vous éprouviez à son endroit avant qu’il ne vous blesse.

Ainsi, dans son merveilleux article « Lettre à nos chers amis » je me permet de citer le pasteur Samuel Foucart :
Proverbes (18.24) affirme ceci: «Celui qui a beaucoup d’amis les a pour son malheur, mais il est tel ami plus attaché qu’un frère». Un premier constat à propos de ce texte: l’amitié vraie est rare mais c’est ce qui fait sa valeur.

En effet, lorsqu’est arrivée une difficulté, une épreuve, cet ami a dû choisir, il s’est tout naturellement mis du coté de celui qui était mieux ancré que vous en son cœur.  Une lecture avisée de la Bible[iv] m’aurait certainement protégé de cette douloureuse surprise…mais bien réelle.

Devez-vous le blâmer ?

Certainement pas, mais ayez la sagesse de reconnaitre que ce n’est pas un ami mais simplement un collègue avec lequel vous souhaitez néanmoins conserver de bonnes relations!

Vous avez d’abord oublié que nul n’est parfait aussi Chrétien soit-il et surtout que seul Jésus ne change pas. Personne ne vous aimera autant que celui qui s’est livré pour vous. Tout ce que vous faites, faites le pour la gloire de Dieu et vous ne serez jamais déçu.

La prochaine fois que l’on vous demandera un service prenez le temps de répondre avec sincérité. Concertez d’abord Dieu, puis votre famille pour être certain de ne pas priver inutilement votre époux, votre épouse de votre chaleureuse présence. Ensuite si votre cœur[v] est réellement disposé à prêter assistance alors protégez-vous en fixant pour objectif de servir[vi] Jésus et lui seul. Et non pas votre propre intérêt.  Si votre motivation est terrestre et non céleste alors ne le faite pas.

Comment guérir puis pardonner ?

Admettez que vous vous êtes trompé vous-même. Ne regrettez pas le bien que vous avez pu faire. On peut même dépasser cette souffrance en imaginant que, par excès d’orgueil, nous avons cru bénéficier d’une place beaucoup plus grande que celle que nous avions réellement dans le cœur de l’autre. L’apôtre Paul mettait en garde en nous recommandant de ne point avoir une trop haute estime de soi-même[vii].

La parole de Dieu corrige, éduque et soigne l’âme[viii], sachons sonder les écritures et les méditer quotidiennement.

Amen !


[i] (Jean 21 :17) «  Il lui dit pour la troisième fois: Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu? Pierre fut attristé de ce qu’il lui avait dit pour la troisième fois: M’aimes-tu? Et il lui répondit: Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit: Pais mes brebis. »

[ii] (Jérémie 17 :9) « Le cœur est tortueux par-dessus tout, et il est méchant: Qui peut le connaître? »

[iii] (Proverbes 25 :17) « Mets rarement le pied dans la maison de ton prochain, De peur qu’il ne soit rassasié de toi et qu’il ne te haïsse. »

[iv] (Luc 14 :8-9) « Lorsque tu seras invité par quelqu’un à des noces, ne te mets pas à la première place, de peur qu’il n’y ait parmi les invités une personne plus considérable que toi, et que celui qui vous a invités l’un et l’autre ne vienne te dire: Cède la place à cette personne-là. Tu aurais alors la honte d’aller occuper la dernière place. »

[v] (2 Corinthiens 9 :7) « Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte; car Dieu aime celui qui donne avec joie. »

[vi] (Matthieu 25 :40) « Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites.»

[vii] (Romains 12 :3) « Par la grâce qui m’a été donnée, je dis à chacun de vous de n’avoir pas de lui-même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun. »

[viii] (2 Timothée 3 :16) « Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*