Dieu regarde au cœur

Download PDF

Nous assistions le mois dernier mon épouse et moi à la diffusion de l’émission « Envoyé spécial » sur la chaîne France 2.

L’enquête intitulée « La prime à la beauté » cherchait à prouver qu’un groupe de personnes dit « soignées » ; donc de belle apparence ; était avantagé par rapport à un autre groupe « grunge » ; composé de personnes d’apparence volontairement négligée sur le plan vestimentaire.

Une première expérience tournée en caméra cachée dans un restaurant parisien confirme que le groupe « soigné » obtenait de meilleurs emplacements que le groupe « grunge ».

Une seconde expérience concluait qu’un candidat de belle apparence gagnait plus facilement la confiance de son futur employeur. Ce dernier aurait en effet tendance à reporter le reflet physique sur le potentiel intellectuel dudit candidat. Le recruteur serait inconsciemment convaincu que le postulant « beau » est aussi « intelligent ».

Le prophète Samuel, pourtant empreint de sagesse et qui entretenait une relation fidèle avec Dieu, s’est lui aussi laissé guidé par son ressenti. Lorsque le tout-puissant lui demande de oindre l’un des fils de Isaï pour roi (1 Sam 16.1), il se méprend sur l’identité que celui que Dieu a choisi. Il pense forcément au plus fort, au plus grand et au plus beau d’entre eux. Au premier regard il pense immédiatement à Éliab (1 sam 16.6).

Mais Dieu qui juge au cœur et non selon l’apparence, objecte à Samuel : « Je l’ai rejeté » (1 Samuel 16.7).

C’est en effet, le moindre des fils de Isaï qui sera l’oint du Tout-puissant. David est tellement humble, serviable et discret que son vieux père eut oublié de le convier à cérémonie sacrificielle.

L’Écriture donne néanmoins crédit favorable au jugement de Samuel. David n’y est-il pas décrit lui aussi d’une belle figure (1 Samuel 16.12) ? Après tout Dieu aurait désavoué un beau … pour un autre !

Il nous faut aller poursuivre la lecture pour comprendre le choix de l’Éternel. David n’a pas été choisi pour sa beauté mais parce qu’il craint aime et respecte l’Éternel son Dieu. Voyez comme il lui est dévoué et fidèle.

D’abord il réagit promptement au propos désobligeant proférés par Goliath à l’encontre du Dieu d’Israël :

(1 Samuel 17.26) « … Qui est donc ce Philistin, cet incirconcis, pour insulter l’armée du Dieu vivant? ».

Le bel Eliab prétend sonder le cœur de David, et ne trouve rien de mieux que de s’enflammer contre son petit frère.

(1 Samuel 17.28) «… Je connais ton orgueil et la malice de ton cœur. ».

Ensuite, David reconnais la puissance et la bonté de l’Eternel dans son quotidien de berger.

(1 Samuel 17.37) « L’Éternel, qui m’a délivré de la griffe du lion et de la patte de l’ours, me délivrera aussi de la main de ce Philistin. »

David est certainement beau mais il ne s’en soucie pas plus qu’il n’est petit. Il sait son Dieu est vivant. Contrairement à ses frères aînés qui comparent leur stature physique à celle de l’imposant Goliath. David ne regarde pas à son apparence physique et ne compte que sur l’appui de son Dieu. C’est spirituellement qu’il vaincra Goliath.

Voyez plutôt ce que prophétisait Esaïe à propos de Jésus-Christ le Messie:

(Esaïe 53.2-4) « […] Comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas.4Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.

Amen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*